Dimanche 25 mai 2014 avait lieu les élections européennes. Deux mois après les élections municipales qui avaient vu sanctionné la gauche, la tendance est encore d’actualité. Alors que le Parti Socialiste recule, la droite avance et surtout le Front Nationale, devançant l’Union pour un Mouvement Populaire pour la première fois. Quant au taux d’abstention, il est en baisse par rapport aux dernières élections puisqu’il passe de 59,37 à 57,57 %.

Le Front National obtient un peu moins d’un quart des suffrages 24,95 % des suffrages selon les dernières estimations nationales (Ipsos). Il obtient alors 25 sièges contre trois lors des dernières élections. L’UMP avec 20,79 % des voix et 20 sièges prend la seconde place loin derrière l’extrême droite. 13,98 % pour le PS qui se voit une nouvelle fois sanctionné par le peuple français en perdant un siège. Les centristes de l’alliance UDI-MoDem ont comptabilisé 9,90 % des votes et obtiennent donc 7 sièges. Les écologistes EELV obtiennent 8,91 % et 6 sièges et le Front de Gauche avec 6,34 % ont 3 sièges. Debout la République avec 3,82 % et Nouvelle Donne avec 2,90 % ferment la marche, ne remportant aucun siège à l’assemblée.

Marine le pen élections européennes

Marie Le Pen, invitée du 12-13 dimanche du 18 mai 2014 © Capture Youtube

C’est donc une montée spectaculaire du Front National qui surpasse très légèrement l’UMP et surtout le PS. Les réactions ne se sont pas fait attendre. Le Premier ministre Manuel Valls a évoqué un « choc », un « séisme ». Dès les résultats, l’Elysée a convoqué le Premier ministre et plusieurs membres du gouvernement à une réunion estimant que « des leçons doivent être tirées » de ce scrutin.