Alors que le Front National arrive en tête des élections européennes du 25 mai, des soupçons pèsent déjà sur le parti. Au lendemain de son élection d’eurodéputé, Joëlle Bergeron, en deuxième position de la liste FN dans l’Ouest, donnait sa démission. Dès lors, le Front National était accusé de détourner la loi pour ne pas respecter la loi. En effet, elle sera remplacée par Gilles Pennelle, le numéro 3 sur la liste. Interviewée par Le Télégramme, l’ancienne élue avouait avoir été poussée par la sortie « Je pensais que la parité serait respectée. Ils m’ont appelée le dimanche soir puis ce matin lundi, je suis choquée. »

Joëlle Bergeron lors des élections municipales 2014 © Capture France 3

Joëlle Bergeron lors des élections municipales 2014 © Capture France 3

Marine Le Pen répond aux rumeurs le 27 mai sur BFMTv et RTL. « C’est totalement faux. J’ai exprimé le désir que Mme Bergeron démissionne » déclare la présidente du parti d’extrême droite. « Une semaine avant l’élection, elle a déclaré qu’elle était pour le droit de vote des étrangers aux élections locales. Je pense que c’est incompatible avec le statut d’élue du FN ». Joëlle Bergeron aurait donc juste reçu un souhait de la part de Marine Le Pen.

Marine le pen élections européennes

Marie Le Pen, invitée du 12-13 dimanche du 18 mai 2014 © Capture Youtube

Une situation similaire vient pourtant noircir le tableau. Jeanne Pothain, élue au Parlement européen en tant que numéro 2 de la liste FN dans le centre, devrait aussi donner sa démission. Dans un communiqué officiel datant du lundi 26 mai sur leur site, le Front National indique que l’élue «du fait de problèmes personnels, devrait renoncer à son mandat». Ce sera encore un homme, Philippe Loiseau, placé en numéro 3 et secrétaire départemental du FN dans l’Eure-et-Loir, qui la remplacerait. Ces deux démissions créent donc la polémique dans un contexte déjà fragilisé.