Interviewée sur RMC et BFM le 30 juin, la ministre de la Culture Aurélie Filippetti a balayé l’actualité et a donné son opinion sur essentiellement trois sujets assez sensibles : les actions des Intermittents du spectacle, l’évasion fiscale du présentateur Arthur et le sort de l’Algérie lors de la coupe du monde. Très franche et professionnelle, elle n’a pas hésité à soutenir ou non chacun de ces partis. Il n’y a d’ailleurs que le sort de l’Algérie qui est légitime à ses yeux. Pour la ministre de la Culture, « on a tous un peu d’Algérie en nous. La France a une histoire particulière avec l’Algérie et on est tous concernés. On vibre tous un peu quand on a un match d’un pays qui est aussi fortement lié à l’histoire de notre pays». Enfin presque tous puisque ce n’est pas notamment le cas de Marine Le Pen qui a profité des incidents suivants les victoires de l’Algérie pour vouloir « mettre fin à la double-nationalité ». Une proposition hors de propos pour la ministre.

Pour les intermittents du spectacle, elle ne montre pas autant de soutien. Après avoir mis leurs menaces à exécution, certains festivals n’ont pas pu assurer tous les spectacles. Elle leur a donc demandé d’arrêter ce boycott et de « saisir la main tendue par le gouvernement » sur RMC et BFM. « Je lance un appel pour que les festivals puissent avoir lieu, que les artistes puissent s’exprimer sur les plateaux, avec les techniciens, qu’il puisse y avoir des débats mais que les festivals aient lieu et qu’on saisisse la main tendue par le gouvernement ». Un dernier appel pour une négociation qui devrait être entendu par les intermittents. Faut-il encore que le gouvernement les écoute réellement.

aurélie filippetti ministre culture bfm rmc

Aurélie Filippetti en interview pour BFM et RMC le 30 juin 2014 © Capture BFM

Elle condamne aussi le présentateur Arthur et sa supposée évasion fiscale en Belgique. C’est via une commande de France 2 pour un pilote d’un nouveau jeu qu’Aurélie Filippetti revient sur l’affaire Arthur. La deuxième chaîne avait donc fait appel à la société de production d’Arthur, exilé en Belgique. Pourtant, dans les contrats passés avec France Televisions, « ils doivent présenter des garanties éthiques irréprochables. La domiciliation fiscale en est évidemment un élément important » évoque la Ministre de la Culture. Elle blâme surtout le mauvais exemple que le présentateur donne aux jeunes qui le regardent. « C’est extrêmement dommage. Ce n’est pas un bon message qu’on envoie aux citoyens. Ce n’est pas un bon exemple pour les jeunes, surtout quand on est un exemple pour les jeunes. (…) Quand on est un animateur télévisé, on est un exemple aussi pour les jeunes« . Une réalité qui n’empêchera pas TF1 de garder Arthur sur leur chaîne.