Après un an au statut de première dame de France, Valérie Trierweiler déclare qu’il lui a été difficile de trouver ses marques avec son statut de première dame.

Être première dame de France est difficile à marier avec une profession surtout si celle-ci est libérale. Valérie Trierweiler est une journaliste qui a du tempérament. Pendant la première année du mandat de son mari François Hollande, la journaliste a fait l’objet de nombreuses polémiques. Il y a eu le problème avec Ségolène Royal et Olivier Falorni. Il y a eu aussi dernièrement des altercations avec les auteurs du livre La Frondeuse. Après le procès, elle a eu gain de cause et le tribunal lui a octroyé un dommage de 10 000 euros pour atteinte à sa vie privée.

Avec des militaires françaises pour soutenir l'opération au Mali © Valérie Trierweiler Twitter

Avec des militaires françaises pour soutenir l’opération au Mali © Valérie Trierweiler Twitter

Après un an à l’Élysée, la journaliste a su apprendre son rôle. Désormais, elle sait esquiver les questions se rapportant à la politique. Désormais, elle n’est plus la cible politique et contribue efficacement à des luttes humanitaires. C’est dans cette même ligne d’idée qu’elle a défendu dans une émission sur Europe 1 la cause des enfants maltraités. En effet, elle doit prochainement participer à un colloque qui traite sur ce sujet.