Pendant la matinée du 14 août 2013, la police égyptienne a lancé un assaut pour déloger les partisans du président sortant Mohamed Morsi dans la ville de Caire. Cet affrontement affiche un bilan sombre pour les Égyptiens.

Des centaines de morts ont été comptabilisés. Depuis deux semaines, les pro-Morsi se sont installés dans deux places de la ville du Caire. La police s’est alors lancée dans un affrontement. La manifestation a été violente. Le ministère de l’Intérieur égyptienne a annoncé que l’opération a fait 124 morts. Mais, les pro-Mersi affirment la perte de plus de 2 200 manifestants. Ils attestent même que certains ont été blessés par balle.

Du côté de la police egyptienne, le rapport officiel déclare aussi la mort de six policiers pendant l’accrochage et 10000 blessés dans la masse des rebelles. Mick Deane et Habiba Ahmed Abd Elaziz deux journalistes ont perdu la vie durant cette opération. Blessé par balle, le premier a reçu les soins nécessaires, mais a succombé à ses blessures.

L’état d’urgence est décrété. Effectivement, des troubles intenses ont éclaté dans différentes parties du Caire notamment dans le centre de Sohag. Pour faire face à cette situation, le président mis en place par l’armée a déclaré l’état d’urgence en Égypte. Pour cela, un couvre-feu est instauré dans la ville et dans 13 autres provinces.

© Yahya Diwer

Photo suréaliste avec des enfants qui se baignent alors que la ville est en feu © Yahya Diwer